Chaises et Fauteuils de Bureau : les Meilleurs Matériaux
Chaises et Fauteuils de Bureau : les Meilleurs Matériaux

L’importance des constituants du parfait meuble professionnel

L’ameublement a connu un bond en avant avec l’entrée dans l’ère nouvelle couramment nommée Révolution industrielle. L’essor économique aidant, de nombreuses activités ont émergé, profitant d’un développement rapide de la demande : fournitures de bureau, mobilier de restauration, d’accueil du public, etc. Plus rien n’arrêta un mouvement qui ne fit que croître tout au long du XXe siècle et se poursuit encore aujourd’hui. C’est au fil de cette production internationale, marquée par les identités des concepteurs historiques eux-mêmes porteurs d’un caractère national, que furent définis les styles, les innovations, les normes et autres considérations tour à tour sécuritaires, ergonomiques, environnementales ou esthétiques. Les matériaux originels, le bois et le cuir, côtoient à présent l’acier, l’aluminium poli, le simili, les tissus haute performance, le nylon, la fibre de verre, le polyester, le polyuréthane et autres polymères.

Matériaux de fabrication : du classique à la haute technologie

Ils semblent sans cesse plus nombreux, et pourtant, ils se déclinent aisément suivant le style souhaité, la marque de fabrique d’une collection ou d’une enseigne. Mais quels sont ces matériaux de fabrication qui font toute la différence entre une chaise de café classique, un fauteuil de bureau vintage et un siège ergonomique contemporain ?

Le bois, matière noble intemporelle

Il fut la ressource première des premiers façonneurs de chaises. Lorsqu’un pharaon, un empereur romain ou un dirigeant de cité grecque commandait un siège à un artisan, celui-ci était inévitablement taillé, raboté, assemblé à partir de bois. Le noble matériau demeura longtemps l’unique moyen de fabriquer une assise. Banc pour les petites gens ou fauteuil de prince, il se prêtait déjà au savoir-faire artisanal comme aux exigences graphiques du destinataire, qu’il soit roturier, clerc ou noble. Cette longue aventure du bois, associée à l’art de la dorure, de la marqueterie, de l’ébénisterie, de la broderie sur tissu, etc., perdure encore. Née des mains d’un artisan ou soumise à la fabrication en série, chacun peut, suivant sa sensibilité et ses besoins, opter pour une chaise de bureau en bois additionnée de cuir, de tissu, de rotin, pour un rendu authentique. Il suffit de flâner dans les cafés et restaurants parisiens pour retrouver le charme de la chaise de bistrot toute de bois et cannage. Le caractère intemporel d’un siège à structure de bois fait aussi le succès du style scandinave. Robuste, clair, il associe les teintes claires du matériau naturel au confort de tissus doux à la palette de couleurs bigarrée. Suivant les goûts, rien ne vaut une chaise ou un canapé structuré de bois  !

L’acier et aluminium, les métaux d’une nouvelle ère

Dès les années 1910, le métal séduit les fabricants de mobilier et accessoires de bureau. Il présente alors une caractéristique importante et contraire au bois pourtant si populaire : il permet de prévenir d’irrémédiables tragédies en cas d’incendies. Passé le succès immédiat de la corbeille à papier en métal, l’ameublement, bureau, tables et chaises, est rapidement initié à cette nouvelle transformation. Un genre est né : celui des meubles en fer forgé, pour intérieur et extérieur, pour les espaces de travail ou de loisirs. Une infinité de possibilités est très vite explorée par les fabricants de tous secteurs. La recherche esthétique créé l’acier chromé qui se décline partout. D’abord coûteux et donc réservé à certains, le meuble à structure en acier chromé se démocratise et remplace le bois. De nos jours, il est disponible en plusieurs autres matériaux dérivés tels que l’aluminium poli, plus rentable et donc accessible à l’achat. Le style du fauteuil en acier chromé est devenu un incontournable pour des passionnés du vintage tant il fut utilisé depuis les années 1940 et après. Il permet des lignes audacieuses tout en garantissant une solidité durable. Pour preuve : il entre généralement dans la conception de fauteuils ergonomiques de haute qualité, depuis le piètement jusqu’à la structure du couple assise-dossier devant se soumettre à un mécanisme synchrone. Il se marie également avec des revêtements de tous genres, depuis le plus beau des cuirs  jusqu’au plus original des tissu colorés.

Le polypropylène, le polyuréthane et autres polymères

La magie des polymères s’est invitée dans nos vies dès les années 1950. Portées par une relance mondiale salutaire, les innovations se sont multipliées et, avec elles, l’invention de composés plastiques révolutionnaires. De nos, jours, ils envahissent tant le quotidien que l’on peine à en mesurer la portée mais ces matériaux ont réellement tout changé. Dans le domaine de l’ameublement, ils ont offert la possibilité de fabriquer des chaises de bureau et autres sièges professionnels combinant robustesse, entretien aisé, grand choix de formes et de couleurs. Le polypropylène se retrouve essentiellement dans la conception des structures mais peut aussi donner lieu à une pièce complète. Il est à la fois :

  • transparent et opaque ;
  • rigide et semi-rigide ;
  • résistant ;
  • à mémoire de forme ;
  • léger ;
  • isolant face au risque électrique ;
  • inodore ;
  • facile à nettoyer ;
  • etc.

Le polyuréthane et les autres polymères utilisés dans la fabrication de fauteuils de bureau, souvent ergonomiques, sont employés pour de petites pièces telles que les roulettes, les caches de mécanismes ou le rembourrage des assises et dossiers. Décriés depuis quelques années, ces plastiques à usage industriel sont l’objet de nombreuses démarches encouragées par les leaders du marché de l’ameublement. Des organismes tels que Valdelia engagent fabricants et détaillants à une démarche éco-responsable globale. Par ailleurs, certaines grandes maisons telles que Steelcase ont créé leur propre département de recherche visant à minimiser l’impact environnemental de leur activité. Ils affichent une démarche promouvant le zéro gaspillage, l’usage de matériaux certifiés écologiques par des organismes indépendants.

Un revêtement propre à chaque style

Si les matériaux de conception structurelle sont la base de tout bon siège de bureau, ce sont les éléments qui les recouvrent qui leur donnent un caractère, apportent la touche finale indispensable à un style. Comment reconnaître un fauteuil ergonomique confortable à la seule mention de ses options mécaniques ? Le premier regard apprécie un joli tissu, un cuir de belle facture, un revêtement hi-tech sur un garnissage qui appel à prendre place.

L’indémodable chic du cuir et du simili

Comme le bois, le cuir remonte aux racines de l’artisanat mobilier. Des siècles durant, il était à la fois plus commode et moins cher de poser de la peau tannée sur une assise et/ou un dossier de chaise. Employé dès l’aube de l’humanité, le cuir offre une bonne résistance au passage du temps et à l’usure s’il est bien entretenu. Il reflète aussi une douceur au toucher qui ravit les inconditionnels des matières nobles et naturelles. Il existe aujourd’hui des techniques de préparation et de travail du cuir qui en font varier la qualité et l’accessibilité selon les budgets. À ce titre, le cuir pleine fleur est le plus prisé pour le revêtement de fauteuils et de canapés. Enfin, il est plaisant et facile de trouver une large déclinaison de coloris allant des classiques noir et marron jusqu’aux plus inattendus prune et jaune moutarde. Le cuir se prête à tous les genres, depuis l’indémodable style Chesterfield, so british, jusqu’au fauteuil de président chic et moderne.

Les petits budgets et autres fervents défenseurs du synthétique ont l’opportunité de miser sur le simili cuir. Oubliée l’image du faux cuir trop brillant, crissant sous le poids et acceptant mal les années comme les variations de température. L’imitation est aujourd’hui de si belle facture qu’elle assure un rendu plus vrai que nature. Le tout pour un excellent rapport qualité prix.

La douceur traditionnelle des fibres naturelles

Le tissu à base de laine, de lin ou de coton demeure également très populaire. Les fabricants les plus renommés n’hésitent donc pas à faire perdurer des techniques et choix stylistiques inspirés des modèles les plus anciens. Les tissus brodés, la tapisserie appliquée au meuble, le rempaillage ont fait les grandes heures des artisans royaux attachés aux cours d’Europe. Ils ont suivi l’évolution structurelle de la chaise, y adaptant sans cesse de nouvelles techniques ornementales qui, parfois, en oubliaient l’évident confort de toute bonne chaise ! De la même manière, cette habileté ancestrale a su évoluer avec son temps, l’industrialisation de la fabrication et les attentes du public. Question de style ou choix marketing, nombreux sont les clients qui choisissent une chaise de restaurant, un fauteuil de bureau ou un siège d’accueil recouverts de tissu. Le rendu associe qualité, audace et rappel un attachement aux valeurs historiques de l’artisanat. Universels, on retrouve les tissus de coton, de lin et de laine dans les catalogues de style scandinave ou contemporain. Les fabricants friands de variété et d’expérimentation esthétique développent des collections très variées et parfois un département dédié, sans oublier une volonté éco-responsable qui s’étend aux matériaux de revêtement avec, entre autres, l’adhésion à des lebels comme Oeko-Tex.

Le tissu hi-tech pour des fauteuils de bureau haute performance

Coûts de fabrication modulables, budgets clients variables ou attrait pour les nouvelles tendances, le tissu haute technologie connaît un succès grandissant. Il faut dire qu’il bénéficie de nombreux avantages dus au seul fait de sa matière de base. On retrouve la grande famille née de la recherche sur les plastiques et les polymères. Parmi eux, le polyester et les aramides remportent une large adhésion de par leurs propriétés :

  • respirables ;
  • résistantes aux différentes températures et aux traitements chimiques ;
  • déformables grâce à leurs qualités mécaniques ;
  • adéquation avec d’autres fibres textiles (coton, laine) ;
  • perméabilité aux colorants ;
  • élasticité ;
  • pratiques d’entretien ;
  • robustes ;

Le polyester est à ce jour la fibre synthétique la plus produite dans le monde notamment en raison de sa large exploitation dans l’industrie textile. Il est ainsi naturellement entré dans la sphère de fabrication des meubles et spécifiquement des chaises de bureau. En effet, quel autre siège doit se plier à de rudes conditions d’utilisation ? On attend d’un fauteuil de bureau qu’il accompagne son usager au quotidien, une moyenne de 8 h, qu’il soit adapté à tout type de poste et de physique. Mais le polyester est aussi une ressource très prisée pour les concepteurs de fauteuils ergonomiques munis d’équipements performants. La souplesse de ce tissu s’allie idéalement aux mouvements d’un siège synchrone ou translation assise : le polyester exprime la fonctionnalité du tissu dans l’équipement. La note originale et garante d’un confort de choix réside ainsi souvent dans le Mesh ou tissu résille.

Entre exigences techniques, charme classique et style contemporain, les matériaux exploités par les fabricants de meubles de bureautique expriment le souci de l’excellence et de l’adaptabilité. Suivant ses goûts et ses attentes, il est important de détailler les composants matériels d’un bon fauteuil de bureau avant achat. Avec Mon Siège, et ce modeste aperçu des meilleurs matériaux à scruter lors de votre quête de la chaise professionnelle idéale, vous ne pouvez pas vous tromper !